Et si on parlait de notre périnée ? Petit article de fin de grossesse sur ce petit « muscle » qu’il ne faut pas prendre à la légère

Samedi, je serai enceinte de 8 mois. Comme ça a filé, je n’en reviens toujours pas. Une fois le cap des 8 mois franchis, on commence à compter en jours, le décompte est tout doucement lancé avant la rencontre avec bébé. Vient le temps des derniers préparatifs, de la valise que l’on boucle, des dossiers qu’on finalise et des questions relatives à notre accouchement. On rédige un projet de naissance, on s’interroge sur ce que l’on souhaite pour le Jour J et on se prépare peu à peu à ce grand moment qu’est l’accouchement dans une vie. Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler du périnée, qu’on oublie souvent et qui se rappelle à nous une fois devenue maman.

Qu’est-ce que le périnée ? C’est franchement pas quelque chose de très très connu ni quelque chose dont on a vraiment conscience tant qu’on n’est pas devenue maman. J’ignorais quasi tout de mon périnée avant mon premier accouchement et je dois dire qu’aujourd’hui, il joue un rôle très important dans ma vie de tous les jours et que j’y fais très attention ! On appelle périnée l’ensemble des muscles situés dans le petit bassin. Chez la femme, il s’étend du clitoris à l’anus. Il permet de soutenir les organes du petit bassin tels que la vessie, l’utérus, le rectum. C’est d’ailleurs pour cela qu’on l’appelle aussi le plancher pelvien. En gros il a un rôle majeur puisqu’il est important pour notre posture, joue un rôle dans nos rapports sexuels, soutient nos organes et nous permet d’éviter des fuites, comme les fuites urinaires.

Tant qu’on est encore jeune, tant qu’on n’a pas accouché, on ne pense pas vraiment à cela. C’est souvent la maternité qui nous fait découvre son rôle majeur. Il est soumis à rude épreuve par la grossesse (ça pèse lourd sur le périnée, le petit bébé que l’on porte dans notre ventre !) et plus encore lors de l’accouchement pendant lequel notre périnée peut être très malmené.

Je vous propose ici quelques petites pistes pour vous pencher sur cette question !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Huile de massage

C’est pendant la deuxième grossesse que j’ai découvert cette huile de massage du périnée, de la marque Weleda, qui permet, à raison d’un massage de 5 à 10 minutes pendant les 4 dernières semaines de grossesse, d’assouplir le périnée. Je ne saurais vous dire si les résultats sont prouvés mais je peux témoigner qu’il a été très utile pour mon deuxième accouchement. Certes, il s’agissait d’un second accouchement et donc « le passage était déjà prêt » comme on le dit proverbialement. Mais je n’ai eu aucun souci au niveau du périnée et une sortie en douceur de mon bébé m’a permis de très très rapidement être sur pied sans aucun souci. J’ai ainsi décidé de recommencer ces massages pour cette nouvelle grossesse et de nouveau de refaire confiance en cette huile. D’ailleurs de nombreuses amies et connaissances m’ont affirmé qu’elles étaient emballées par ces massages.

Rééducation

Quelques semaines après l’accouchement, il ne faudra surtout pas négliger les séances de rééducation du périnée qui sont en plus remboursées par la Sécurité Sociale en France. Ok, c’est souvent casse-pieds, on est très fatigué et on resterait bien à la maison avec son bébé… Souvent la perspective d’aller en cabinet se « muscler » le périnée nous barbe. Mais c’est primordial. Il ne faut surtout surtout pas se dire qu’elles valent le coup pour les autres et pas pour nous. Notre médecin évaluera le nombre de séances nécessaires (j’ai d’ailleurs eu beaucoup plus de séances prescrites à l’issue de mon second accouchement que du premier, le nombre de grossesses qui se suivent jouant sur la tonicité du périnée et pas uniquement l’accouchement) et il conviendra de les faire TOUTES voire même d’en redemander d’autres si la sage-femme qui fait la rééducation estime qu’il y a encore du travail. Cela peut aussi être un moment d’échange et d’écoute avec une sage-femme à qui on confiera plus facilement nos questions intimes sur un retour à la sexualité par exemple, sur notre fatigue… Je me souviens de ces séances qui avaient, en plus de faire travailler mon périnée, un petit côté « thérapie », la sage-femme étant à l’écoute de toutes mes inquiétudes et mes questions. Je vous invite donc à ne pas négliger ces séances fort importantes.

BEE13906-0222-40E7-B28B-1318D0B36C7E.jpeg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des aides pour le travail à la maison

On peut aussi poursuivre le travail à la maison. Attention, ce travail personnel ne remplacera jamais le temps de rééducation avec une sage-femme en cabinet. Mais ces petits outils pourront nous aider à travailler davantage pour retrouver la tonicité. Ainsi, j’ai trouvé ces boules en silicone médical Satisfyer Balls qui permettent d’entraîner les muscles du plancher pelvien. On oublie parfois que de petits « outils » comme ceux-là peuvent nous permettre de faire travailler de chez nous notre périnée et ainsi le rééduquer. Parfait pour les jeunes mamans qui veulent compléter la rééducation avec leur sage-femme. Les boules comme celles-ci m’avaient été conseillées par la mienne après ma seconde grossesse en complément de ce que nous faisions en cabinet. Demandez tout de même à votre sage-femme ou à votre gynécologue s’il vous donne le feu vert pour leur utilisation.

BC5DCCDE-D6B0-40B4-B863-6004F9FD240B

Périnée arrêtons le massacre de Bernadette de Gasquet

Enfin, j’ai découvert récemment Bernadette de Gasquet. C’est tard de découvrir cette femme qui a énormément travaillé sur l’accouchement depuis les années 80 : il aura quand même fallu trois grossesses pour qu’un jour, une sage-femme me parle de cette médecin et professeur de yoga qui travaille depuis les années 80 à faire changer les choses et à modifier les techniques d’accouchement dans les maternités. Elle a publié de nombreux livres, notamment des livres de préparation à l’accouchement mais aussi des livres sur la rééducation post accouchement. Mais je voulais vous parler de celui-ci : Périnée – Arrêtons le massacre si vous voulez poursuivre les investigations du côté de cette question. Elle y explique le fonctionnement du périnée, expose les problèmes qui peuvent être engendrés par un périnée qui a été maltraité ou malmené et propose des solutions et des conseils pratiques pour prévenir les problèmes ou les régler. Un livre à glisser dans le sac de la maternité, par exemple, ou à lire les semaines qui précèdent la naissance.

Enfin, n’oubliez jamais qu’il s’agit ici de notre corps et que nous devons toujours avoir le choix, avoir la possibilité de discuter avec le monde médical, d’échanger sur les gestes pratiqués et d’émettre nos réserves sur le bien-fondé de certaines pratiques. La rédaction d’un projet de naissance et une bonne intelligence avec le personnel présent au moment de notre accouchement sont souvent indispensables : vous devez pouvoir parler et savoir, pour rester maîtresse de tout ce qui se passe ce jour là.

Belle journée à vous !

Laisser un commentaire