Jury AudioLib 2021 – Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs – Mathias Enard

Voici notre quatrième roman à entrer dans la compétition du Prix du Jury : Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs de Mathias Enard. En voilà un roman que je n’aurais probablement pas lu s’il n’avait pas été dans la liste du jury et qui pourtant m’a véritablement séduite et emmenée dans son univers. Je vous en dis plus ici.

Je dois vous le dire de suite, ce livre est un coup de coeur. L’histoire commence avec l’installation d’un doctorant de trente ans dans une bourgade paumée de la campagne du Marais poitevin afin d’y faire sa thèse d’ethnologie. A l’image d’un Claude Levi Strauss, il s’installe dans des « contrées sauvages » pour y découvrir ses habitants, leurs habitudes, leurs moeurs etc… Il consigne alors tout dans un petit carnet et d’entrée de jeu, le livre m’a plu. J’ai trouvé ça drôle et percutant. Un Parigot chez les bouseux, le choc des cultures et les découvertes mutuelles. Il y a le maire, le café du village, l’idiot du village, les marchés et le travail au champs. Tout un petit monde que se met à explorer notre thésard.

Et puis d’un coup on change de point de vue et l’histoire se poursuit. On retrouve les mêmes personnages mais le narration est plus omniciente. Le récit est alors fait de digressions, de va-et-vient entre le passé et le présent, de plein de petites histoires annexes, de petites histoires dans la grande Histoire. J’ai trouvé cela palpitant, vivant, sans moment de répit. C’est truculent et savoureux. Au centre du roman, il y a le grand banquet de la confrérie des fossoyeurs, celui-là même qui a donné son nom au livre. Et là, on se retrouve dans un roman de Rabelais, c’est Pantagruel et Gargantua, il y a aussi du Pétrone dans les influences et cela m’a rappelé l’étude du Satyricon pendant mes jeunes années de khâgneuse. C’est complétement fou, rafraîchissant et dépaysant. J’ai adoré. Une fois le banquet terminé, on retrouve notre doctorant, on suit ses pérégrinations, on découvre ses échecs et ses remises en questions intellectuelles. C’est fort et intelligent. Et puis moi je cours me procurer la bibliographie de l’auteur !

Et là vous vous dites, tiens tiens, ce livre monte en tête du classement. Je pourrais presque vous dire que oui, ça m’en a tout l’air. Mais rien n’est certain tant que les 10 romans n’ont pas tous été lus et débriefés ici.

Concernant le narrateur, j’ai trouvé son débit trop lent alors j’ai un peu accéléré la vitesse d’écoute et avec une accélération à x1,30 cela m’a parfois fait penser à la voix off d’André Dussollier dans Amélie Poulain.

Voici donc un gros gros coup de coeur dans cette belle sélection qui s’avère bien difficile à départager !

Belle journée à vous !

Laisser un commentaire