Cette année encore, j’ai la grande chance de faire partie du jury Audiolib. Dix livres sont en concurrence pour ce prix, des heures et des heures d’écoute à venir et dix chroniques que je vous partagerai ici pour mon plus grand bonheur. Et pour commencer, j’ai eu envie de vous parler du tout premier roman de cette sélection que j’ai écouté : il s’agit de L’Ange de Munich de Fabiano Massimi, lu par Nicolas Matthys. Un vrai coup de coeur, je vous en dis plus dans cet article.

Ce roman est un policier historique. Les policiers j’adore ça. Les romans historiques un peu moins, parce que cela suppose quelques torsions à l’histoire et mon passé de prof d’histoire a un peu du mal avec l’histoire romancée. Et pourtant… il faut dire que j’ai adoré et que je me suis laissée prendre par l’intrigue qui est véritablement captivante.

Le roman s’ouvre sur les derniers moments de vie d’une jeune femme. Ses dernières minutes avant la fin… Ces minutes où elle croit distinguer une silhouette quittant la pièce. Cette jeune fille, c’est la nièce d’Hitler, Angela Raubal. Et très vite, on conclut à un suicide. Pourtant, l’inspecteur Sauer, chargé de l’enquête, n’y croit pas, à cette piste du suicide. De nombreux éléments ne “collent” pas. Pas à pas, il remonte les pistes tout en sentant qu’il joue sa vie à explorer ainsi l’intimité d’Hitler.

J’ai adoré suivre le cheminement de l’inspecteur Sauer, dans ces temps troublés qui annoncent la fin d’un monde. On a l’impression d’une marche inexorable vers un désastre que nous, lecteurs connaissons. Nous saisissons les complexités d’un personnage en ces temps où il fallait aussi choisir un camp ou justement ne pas choisir. J’ai ainsi beaucoup aimé les portraits de personnages tout en nuance.

Mention spéciale à l’auteur dont le récit est particulièrement bien documenté, ce qui en fait un plongée dans l’histoire autant qu’un très bon roman. La narration de Nicolas Matthys est juste parfaite. Dès les premières minutes d’écoute, j’ai été happée par le récit. Quand le roman s’est achevé, j’ai eu envie de me pencher un peu plus dans mes livres d’histoire et d’en découvrir davantage sur cette nièce d’Hitler, oubliée de l’histoire mais que Fabiano Massimi nous fait revivre ici le temps d’un roman : Angela Raubal. Elle est l’illustration parfaite d’une jeunesse désireuse de vivre et qui a été happée par la grande histoire. J’ai lu quelque part que le livre papier s’achevait sur une photo pleine de vie de la jeune Gelie. C’est marrant parce que, quand j’ai quitté le roman, j’ai eu besoin, moi aussi, de voir le visage “en vrai” de cette jeune femme dont la courte vie a été aux prises d’une époque au bord du précipice.

Un gros gros coup de coeur que je vous recommande.

Pour écouter en audio ce livre, retrouvez le CD chez Audiolib.

Et pour découvrir les 10 romans de la sélection 2022, que je vous présenterai sur le blog, c’est ici !

1 Commentaire

  1. ayok57

    Merci pour cette chronique, tu m’as donné très envie de découvrir ce livre, il risque d’être mon prochain achat chez Audible, si disponible là-bas 😉

    Réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :